lundi 28 décembre 2009

L’intelligence économique et les PME

Absence d’information ou information incomplète aboutissent souvent à l’absence de prise de décision en PME. Pour aboutir à une prise de décision il faut réduire l’incertitude.
Une PME n’a pas souvent les moyens financiers de mettre en place un processus d’intelligence économique (IE) donc l’organisation de la prise de décision au sein de l’entreprise peut être différente.

Comment l’information est elle prise en compte par les dirigeants des PME ?

Un chef d’entreprise doit souvent prendre des décisions alors qu’il n’a pas toutes les cartes en mains. Les décisions sont donc prises dans l’urgence, le choix des informations “utiles” sera influencé par la perception du risque. L’ individu cherche à se rassurer et donc à ne prendre que les informations qui confortent sa décision. Un individu qui accepte les risques sera moins sélectif et percevra son environnement différemment.
Selon Simon¹ la prise de décision passe par 3 phases: la formalisation, la hiérarchisation et le fractionnement de processus.

Dans une PME toutes les décisions stratégiques sont prises par le dirigeant, qui a souvent plusieurs fonctions. La prise de décision est un mélange d’intuition et d’analyse.
Les dirigeants des PME n’éprouvent pas souvent le besoin de formaliser la circulation de l’information. La petite taille de l’entreprise permet aux dirigeants d’être en contact permanent avec leurs employés.
Bien souvent, les méthodes d’intelligence économique ne sont pas intégrées dans les entreprises de petite taille, faute de temps et de moyen de la part de leurs dirigeants.

Comment peut on adapter et intégrer le concept d’IE au PME ?

Dans les entreprises, le concept de L’IE est encore flou, bien que le fait que les dirigeants soient conscients de son utilisation soit un facteur clé de réussite. Le constat, [...], est que l’intelligence économique n’est pas connue en profondeur par les PME, en dépit des actions de sensibilisation organisées à leur attention ². La maîtrise de l’information, pour une entreprise, est devenue une condition de compétitivité et donc de survie.

Les opérations d’IE seront plus ou moins élaborées selon la taille et les moyens mais aussi selon les enjeux de l’entreprise. On distingue ainsi trois niveaux d’utilisation de l’IE en entreprise :
  • Le premier niveau : opérationnel
  • Le deuxième niveau : tactique
  • Le troisième niveau : stratégique
Bien souvent, une PME est focalisée sur son chiffre d'affaire et sera centrée sur l'opérationnel.

L’IE assure la transition vers l’économie du savoir. Elle a un rôle structurant et normalisant : systématisation de la collecte de l’information, normalisation des besoins et clarification de la circulation de l’information. L’IE est une fonction transversale qui touche tous les domaines de l’entreprise.

L’IE peut et doit être intégrée aux petites entreprises car aucune organisation ne peut faire l’économie d’une stratégie de développement. Le concept d’IE peut être développé dans les PME, via la mise en place d’un service personnalisé (professionnel de l’IE) ou grâce à l'appui des Chambres consulaires.

L’IE propose pour les entreprises, plus qu’un panel d’outils pour produire du résultat. Elle est un atout nécessaire au développement stratégique de toute entreprise.

Bibliographie :
¹ A.Dammak, Le recours à l’intuition lors de la prise de décision et l’influence de l'environnement socioculturel, Université Paris Dauphine, 2004.
V. Coggia, Intelligence économique et la prise de décision dans les PME, 2009.
S.Perrine, Intelligence économique et gouvernante compétitive, Institut national des hautes études de sécurité, 2006.
² M.Roger Mongereau, Intelligence économique, risque financiers et stratégies des entreprises, rapport de la sélection des fiances, 2006.
Henri DOU, Quelle intelligence économique pour les PME? Les dossiers “Constructifs” http://www.constructif.fr/ n°8 - Mai 2004.

Johanna Mimouni

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire