lundi 29 novembre 2010

Une approche du lobbying repensée chez Apple

Il semblait naturel que le président Obama aille rencontrer le PDG d'Apple Steve Jobs lors de sa visite du jeudi à la Silicon Valley. Après tout, Obama a eu des dizaines de réunions avec les chefs d'entreprise similaires au cours des deux dernières années et Steve Jobs gère une des entreprises de high-tech les plus précieuses du pays.

La durée d'une heure du rendez-vous à l'hôtel Westin à San Francisco a marqué une rupture importante. Contrairement à ses principaux rivaux dans la Silicon Valley, y compris Google (Eric Schmidt, directeur général), Steve Jobs manifeste peu d'intérêt dans les affaires de Washington - sauf lorsque les activités de régulation du gouvernement viennent perturber les activités d'Apple, notamment les brevets, le commerce et les taxes.

On ne sait pas qui a ouvert la séance. "C'est une réunion que le président était impatient d'avoir", a déclaré la Maison Blanche via Robert Gibbs. Apple n'a pas répondu à une demande de commentaire.

Mais il a été mis en évidence une tension croissante pour la société, une relique une fois oubliée qui a transformé l'industrie de la musique, l'édition, la téléphonie mobile et la télévision au cours des 10 dernières années avec des terminaux mobiles innovants et à succès. L'influence croissante d'Apple sur le marché et sa valeur en forte hausse, qui a atteint les 280 milliards de dollars, ont suscité un examen plus approfondi de la part des organes de régulation et des législateurs.

Les activités de lobbying à Washington d'Apple restent modestes et discrètes. Les analystes rappellent les risques pour l'entreprise de suivre les traces d'autres entreprises de haute technologie qui ont ignoré les pressions politiques jusqu'à avoir été frappés par des enquêtes antitrust et les plaintes de réglementation. Cette approche attentiste a été adoptée par Microsoft et Google, qui ont été questionnés par ministère de la Justice et la Federal Trade Commission afin de déterminer si ces entreprises n'ont pas été un frein à la libre concurrence, et si elles ne l'ont pas entravée.

Apple a récemment réglé les allégations faites par le Ministère de la Justice américaines supposant des accords avec d'autres entreprises pour tirer les salaires vers le bas. La Federal Trade Commission a également enquêté sur une plainte déposée par Adobe qui a vu sa technologie évincée d'Apple sur son AppStore notamment les applications Flash pour l'IPAD.

Apple est maintenant "au centre de certaines questions clés que la FCC et la FTC veulent résoudre", a déclaré Stifel Nicolaus.

Microsoft et Google ont depuis renforcé leurs activités de lobbying et ont embauché des dizaines de "Policy Minds" proches de la Federal Communications Commission. L'administration Obama a tendu la main à son tour, en cultivant des liens étroits avec de nombreux cadres de la haute technologie, y compris Eric Schmidt, qui agit à titre de conseiller économique.
En effet, lors de la visite d'Obama en Californie cette semaine, il a parlé à une collecte de fonds organisée par le Parti Démocrate.

En comparaison, Apple ne fait pas figure de proue lors des plus grands débats politiques et juridiques pour l'industrie high-tech, mais il permet au groupe Business Software Alliance du commerce de parler en son nom sur la vie privée et les questions de contrefaçon. La société est partie de la Chambre de commerce l'année dernière en signe de protestation face à l'opposition de la chambre à la législation sur un projet de loi sur le changement climatique.

Malgré sa place de numéro 2 des ventes de smartphone aux États-Unis, Apple n'était guère impliquée dans les débats à la FCC sur les règles de la neutralité du net et les contrats d'exclusivité-combiné répandus dans l'industrie du sans fil - comme celui que l'entreprise entretient avec AT&T pour commercialiser son iPhone .

Apple a quatre lobbyistes à Washington et son bureau est dirigé par Catherine Novelli, une ancienne représentante adjointe du commerce des États-Unis. La société a dépensé 340.000 $ sur le dernier trimestre sur des lois qui portent sur la réforme des brevets, l'élimination des déchets électroniques et comment les entreprises peuvent recueillir des données de localisation sur les utilisateurs de téléphones portables. En revanche, Google a dépensé quatre fois ce montant au troisième trimestre, Microsoft a dépensé environ cinq fois plus.

Maintenant, avec Apple assis sur 51 milliards de dollars en liquidités qu'il veut mettre en action par des acquisitions et une défense acharnée de son contrôle sur les applications logicielles et Internet sur la boutique iTunes, les observateurs disent que la société devra faire face à encore plus de contrôles.

"Un des avantages qu'Apple a connu en matière de contrôle antitrust, c'est qu'il est resté un petit joueur, mais efficace, et rentable sur le marché", a déclaré Andy Gavil, professeur de droit de la concurrence à l'université Howard. "Il a reçu plus d'attention récemment en raison de la popularité de l'iTunes Store et l'iPhone."

Sources :
Hugo Amsellem

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire