jeudi 31 mars 2011

De l'Open Space à l'Open Source Intelligence

Le concept d'Open Space Management (OSM) fait son apparition en Allemagne dans les années 1950. Son modèle se base sur le système organisationnel des rédactions de presse. Il sera théorisé aux Etats-Unis par Harrison Owen au milieu des années 1980 et connaîtra une expansion rapide et soutenue. On estime aujourd'hui que près de 60% des entreprises ont recours à ce mode de management.

L'atout principal invoqué par ses défenseurs réside dans sa capacité à générer des échanges et à permettre une circulation accrue de l'information au sein d'un service. Par ailleurs, on estime un gain d'espace de l'ordre de 30% et donc un coût de gestion réduit.

La proximité physique participe également à un rapprochement des strates hiérarchiques et abolit les barrières qu'elles induisent. Cependant, de nombreux détracteurs pointent les menaces liées à ce mode de management. L'OSM accentuerait le stress par l'exposition permanente du salarié aux autres, et diminuerait la productivité à cause des "bavardages" extra-professionnels et du bruit permanent. Enfin, la suppression des barrières hiérarchiques ne serait pas qu'un avantage. (cf. "L'open space m'a tuer" A. des Isnards & T.Zuber)
L'Open Source Intelligence (ou OSINT) fait lui son apparition aux Etats Unis en 2004. Suivant les recommandations de la commission 9/11, un Open Source Center sera fondé dès 2005 sous la tutelle du Directeur National de l'Intelligence américain.

Le système organisationnel OSINT reprend les principes de l'OSM sous la forme d'une plateforme de type Web 2.0. Il intègre les outils médias et Deep Web au service de la collecte, du partage et du traitement de l'information disponible à des fins stratégiques. (Source CF2R)

Les solutions apportées par l'OSINT présenteraient donc les avantages de l'OSM tout en réduisant drastiquement ses inconvénients. Ainsi, l'information circule plus vite, est traitée de façon simultanée et peut être tracée.

Le développement des intranets, des plateformes collaboratives et surtout des "social networks" au sien des entreprises démontre bien l'intérêt que celles-ci ont à développer un outil OSINT.
Cela permet à l'entreprise d'accentuer sa réactivité et de créer des espaces de travail dynamiques (même à distance) pour répondre aux défis économiques et stratégiques auxquels elle devra faire face.

Antoine HILLION

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire